Vous êtes ici: Accueil > Pays de Pévèle > Villages Liens  | Contact  |
    

 

 

 

 

 

Société Historique du Pays de Pévèle

3, rue Neuve - F59242 Templeuve

Tel : +333.20.34.98.52

Village du pays de Pévèle : La Glanerie



La Glanerie fait partie de l’entité de Rumes, qui compte environ 5 000 habitants.

Cartographié comme hameau de la Glennerie sur la carte de Ferraris (1771-1778).
On trouve des étymologies diverses pour l'origine de ce nom, allant du terme glaner au mot gland. Compte tenu du suffixe erie indiquant la propriété, l'on pourrait aussi supposer que ces terres pouvaient appartenir à un nommé Glen ou Le Glen.

Le petit cours d’eau de l’Elnon marque la frontière franco-belge sur toute sa longueur entre La Glanerie et la commune française de Mouchin. Une borne frontière a été posée en 1819 en application du traité de Vienne de 1815. Elle est gravée, du coté qui deviendra belge, d’un N pour Nederland.

Le hameau de La Glanerie (environ 1 500 hab.) est rattaché à l'entité de Rumes depuis le 30/12/1975. C'est un retour aux sources, puisqu'il avait été détaché de cette commune le 02/07/1887.

En 1865, en effet, une pétition des habitants demande la séparation d'avec le village de Rumes et la formation d'une commune distincte, le centre du bourg étant à 3 km.

En 1869, la population commence la construction d'une nouvelle église dédiée à saint Joseph, fabriquant les briques de cet édifice de leurs mains.

La paroisse est reconnue par édit royal le 30/01/1870 et la commune instituée pareillement le 02/07/1887.

Le village indépendant de La Glanerie n'a donc existé que 88 ans.

Au Noël de 1961, l'église est ravagée par le feu. Elle sera reconstruite cinq ans plus tard.

Plusieurs fermes du village sont issues de fiefs relevant du seigneur de Rumes, telles la Cense de l’Elnon et la Cense de la Motte.
Ainsi, le fief de l’Elnon, situé le long du ruisseau du même nom, dont on trouve mention − sous l’orthographe de Lansnon ou de Lannon − depuis le début du XIVe siècle, comportait une motte entourée de grands fossés [avec] maison, granges, héritages, jardin, prés, pâtures, terres à labour, en tout 38 bonniers et 200 verges. Le fief échut aux Lallaing, dont le dernier, Jehan, fut tué à Azincourt, puis aux Montmorency. Le fief est vendu en 1692 par François de Montmorency au sieur Nicolas Jacobs, bourgeois de Lille anobli. Les Jacobs d’Aigremont en furent les derniers détenteurs jusqu’à la confiscation des biens des émigrés.

La Glanerie est célèbre comme étant le premier village de Belgique libéré le 02/09/1944. C'est par le pont sur l'Elnon et venant de France que le premier motard américain a pénétré en Belgique. Une statue de motard rappelle cet événement.Le monument a été inauguré le 2 septembre 2009, à l'occasion du 65e anniversaire de la Libération.


 

Patrimoine et Actualité de La Glanerie

 

Borne 1819
15 mars 2017


Borne frontière posée en 1819, en application du traité de Vienne de 1815.
 

Borne N
15 mars 2017


La borne est gravée, du côté qui deviendra belge en 1830, d'un N pour Nederland.