Vous êtes ici: Accueil > Pays de Pévèle > Villages Liens  | Contact  |
    

 

 

 

 

 

Société Historique du Pays de Pévèle

3, rue Neuve - F59242 Templeuve

Tel : +333.20.34.98.52

Village du pays de Pévèle : Brillon


Brillon compte environ 750 habitants et fait partie de la Communauté de communes rurales de la vallée de la Scarpe et du Parc naturel régional Scarpe-Escaut.
Située à une altitude de 20 m, la commune couvre une superficie de 2,90 km2

Brillon est un village rural qui s’est construit le long de son artère principale, la D35, qui mène de Rosult à Marchiennes par Tilloy et est appelée rue du Maréchal Foch dans la traversée du bourg. L’agglomération s’est formée à la limite des marais de la rive gauche de la Scarpe.

Brillon, est cité dans les possessions de l’abbaye de Saint Amand sous le nom de Millio qui pourrait être une erreur et, selon le chanoine Platelle, devrait être Brillio. Un domaine est signalé, bénéfice d’un dénommé Salaco, lequel possédait une chapelle (cappela).
Au nord de la rue du Maréchal Foch, près du lieu-dit la Carlerie, près du cimetière actuel, se trouvent les traces des fossés d’une double motte féodale (XIe-XIIe siècle ?). Peut-on y reconnaître la courte, c'est-à-dire la ferme abbatiale, qui fut mise en viager en 1318 ? En 1564 un bail pour cette ferme est accordé pour 12 ans à la veuve de Jacques Wallers. Le défunt a exploité notre court, masure, motte, pretz, pastures et fossez… nommée la cense de la motte. Un autre bail passé en 1660 cite cette ferme où estoit ci devant la motte… tenant au marais de Brillon. Il y a effectivement un marais au nord de ce lieu, éventuellement rappelé aussi par le lieu-dit Cantraine qui n’est autre que le chant des grenouilles…
Ne formant qu’un seul domaine et une seule paroisse avec Sars et Rosières, Brillon échappe à la tutelle de l’abbaye à la fin de l’époque carolingienne. Le retour de ce village, devenu seigneurie, dans le giron de Saint Amand est assez curieux. Le 19 avril 1272, Gilles de Douai qui en est le seigneur, s’en dessaisit au profit de Béatrice de Landas, épouse de Bauduin de Mortagne en dédommagement de torts qu’il lui a causés. Bauduin vend Brillon à l’abbaye en mai 1285. Peu après, l’abbaye achète l’aunaie de Brillon possédée au 2/3 par Hellin de Cysoing et pour 1/3 par le même Bauduin. Enfin, un fief indépendant est racheté par l’abbaye le 30 octobre 1299. Saint Amand conservera l’ensemble jusqu’à la Révolution. En 1267 une loi régissant les problèmes du village est instaurée et mise en application par un maire et des échevins.

L’église est dédiée à saint Amand, et a eu jusqu’au XIXe siècle une existence assez mouvementée. A partir du schéma habituel de nos églises romanes, une nef rectangulaire suivie d’un chœur plus petit, ont été ajoutés deux chœurs accolés, puis un bas-côté nord, et enfin un clocher bâti à côté du chœur au XVIIIe siècle.
Des projets de transformation sont élaborés au milieu du XIXe siècle par l’architecte Grimault, de Valenciennes. En 1858 il est question de conserver le clocher et de bâtir l’église nouvelle en inversant son orientation. Mais, alors que les travaux sont en cours, la destruction du clocher est décidée. Finalement, la première pierre est posée le 3 juillet 1860, des incidents de chantier reculent la bénédiction au 8 septembre 1862 et enfin la consécration par l’archevêque de Cambrai, le cardinal Régnier, le 26 avril 1864. C’est un édifice de style composite, alliant des traditions néoclassiques à du néo roman. En 1902, la foudre tombe sur le clocher qui prend feu et détruit la flèche et fait fondre les cloches. La restauration qui s’ensuit ne rétablit pas la flèche.

la rue principaledu village est bordée de fermes et de maisons basses souvent implantées avec pignon sur rue, c'est-à-dire que la maison est placée perpendiculairement à la voie.



 

Patrimoine et Actualité de Brillon

 

Bibliographie Brillon
25 juillet 2011

Bibliographie de Brillon
 

BiblioBrillon