Vous êtes ici: Accueil > Pays de Pévèle > Villages Liens  | Contact  |
    

 

 

 

 

 

Société Historique du Pays de Pévèle

3, rue Neuve - F59242 Templeuve

Tel : +333.20.34.98.52

Village du pays de Pévèle : Tilloy-les-Marchiennes


Tilloy-lez-Marchiennes (altitude entre 15 et 20 m et superficie de 5,5 km2) compte environ 545 habitants.
La commune fait partie de la Communauté de communes du Cœur de l’Ostrevent et a fait partie du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut jusqu’au 23 janvier 2010.

Il y a plusieurs Tilloy en France, dont celui près de Cambrai. L’origine en est commune et vient du nom latin du tilleul.

La commune se trouve au nord du Courant du Décours et en bordure est de la forêt de Marchiennes.

Il a été trouvé en cet endroit des vestiges du paléolithique (avant 12000 av.JC).
Ce fut, en fin du VIIe siècle, une partie du domaine d’Eusébie, fille de Rictrude, et abbesse d’Hamage, abbaye située sur la rive droite de la Scarpe. Mère et fille seront canonisées. Possession pendant quelques temps de la famille de Landas, elle passe sous la domination de l’abbaye de Marchiennes en fin du IXe siècle. Un fief indépendant est racheté par la même maison religieuse en milieu du XIIIe siècle.

C’est un village sans église mais avec mairie et école, s’étirant le long de la route allant de Brillon à Marchiennes près de laquelle se trouve le hameau d’Elpret. Entre marais et forêt, c’est un lieu caractéristique des paysages de ce secteur de la Pévèle où quelques villages ne sont pas centrés par un clocher d’église, certains ne l’ayant que depuis le XIXe siècle.
Une grande chapelle se trouve au bourg, dédiée à Notre-Dame, datant autrefois du XVIIIe siècle et détruite lors de la débâcle allemande en 1918. Elle ne sera reconstruite qu’en 1927, sur un autre emplacement, et son architecture très simple abrite un autel à retable de style néoclassique, blanc et or.

A lire :

Cahier de doléances de Tilloy en 1789.
Avec présentation du document. (intéressant pour les rapports entre l'abbaye et le village) - Publié dans le bulletin de l'Amicale de la police de Douai - 1992 - page 37