Vous êtes ici: Accueil > Pays de Pévèle > Villages Liens  | Contact  |
    

 

 

 

 

 

Société Historique du Pays de Pévèle

3, rue Neuve - F59242 Templeuve

Tel : +333.20.34.98.52

Village du pays de Pévèle : Cappelle-en-Pévèle


Cappelle-en-Pévèle compte environ 2200 habitants pour une superficie  de 8,11 km2 (altitude moyenne de 40 m) et fait partie de la Communauté de Communes Pévèle Carembault.
C’est une des plus jeunes des communes de la Pévèle : sa création ne date que du XIIIe siècle. Sur la route reliant Lille à Orchies, s’est élevée une chapelle dédiée à saint Nicolas dans un hameau assez important de Templeuve. Comme le culte du saint n’est apparu en nos régions qu’aux alentours des XIe/XIIe siècles, on peut penser que l’édifice n’était pas très ancien lorsque les habitants de ce secteur voulurent se détacher de Templeuve afin de créer une nouvelle paroisse. L’abbé d’Anchin, seigneur du lieu, et l’évêque de Tournai, Walter de Marvis, accordèrent aux demandeurs de se séparer de la paroisse mère, selon certaines conditions, en 1229. D’abord appelée Cappelle saint Nicolas, elle a pris rapidement le nom de Cappelle en Pévèle (Cappella in Pabula). Il existe de nombreux lieux de Flandre qui portent ce nom, mais avec un seul p, qui ont donc une chapelle à leurs origines.
Une partie du territoire de la nouvelle entité comprend l’importante seigneurie de Wattines, dont les terres s’étendent aussi sur Bersée. Il y a là un château fort qui se trouve ruiné dès la fin du XVIIe siècle. Il appartiendra aux seigneurs de Bersée, notamment aux Montmorency-Robecq.
Le tracé de l’ancienne route royale forme l’épine dorsale du village mais cette voie importante a été rectifiée et déviée maintes fois et passe maintenant aux abords du bourg. Il y a de nombreuses fermes sur le territoire de Cappelle, dont celle du Zécary où naît un des affluents de la Marque, le Zécart, qui passe par Templeuve et Louvil. Une rue de la Ladrerie, proche du centre, qui n’est qu’un élargissement de la route, peut faire penser à un établissement hospitalier qui n’est pas situé. Un plan du XVIIe siècle montre qu’au milieu de cette place se trouvent un abreuvoir et de grands arbres.
A l’époque révolutionnaire, l’Assemblée Nationale institue une municipalité à Cappelle le 4 février 1790, et une autre à Wattines le 12 février. Mais, sagement, ces deux conseils demanderont à fusionner, ce qui leur sera accordé le 10 novembre 1790. Durant le XIXe siècle, Cappelle, avec Bersée, vont accueillir des semenciers qui vont développer une activité des plus intéressantes. Dès 1830 Florimond Desprez s’installe à Wattines (voir ci-dessus la photo de l'ancien laboratoire conservé soigneusement), suivi de près par François Poutrain qui a son établissement dans le bourg. Le premier a sa descendance encore en activité, l’autre a disparu vers 1930, ayant aussi géré une grande brasserie (cf. le fichier ci-dessous).
Une ligne de chemin de fer a été créée à partir de Templeuve et devait relier cette cité à Hazebrouck. Imaginée en 1868, elle n’est mise en œuvre qu’en 1891, sera inaugurée le 10 janvier 1894 et ne dépassera pas Don-Sainghin. Le bâtiment de la gare est encore existant et le tracé de la voie se repère aisément dans le paysage.
Cappelle a inauguré en septembre 2010 un nouveau collège qui a été conçu pour 700 élèves venant des communes voisines. L'architecture en est haute qualité environnementale» et d’autres projets sont à l’étude pour dynamiser cette partie de la Pévèle.

Eglise saint Nicolas : était anciennement parallèle à la route. C’était un édifice très simple, avec une tour de 1684. Jugée trop petite et en mauvais état, elle sera rebâtie sur un axe perpendiculaire à la chaussée.L’architecte roubaisien Paul Destombes donne les plans d’un roman très simple, en pierre et brique. Une tour s’élève en façade, avec une flèche en charpente recouverte d’ardoises. Le portail résume l’histoire : Commencée 15 avril 1882, achevée 1er août 1883, consacrée 27 août 1883.
Château du Béron : se situe en bordure du bourg, à l’extrémité d’une longue drève bordée d’ormes, dans un parc rectangulaire entouré de profondes douves. Les Montmorency ont vendu la seigneurie de Cappelle en 1699, puis par Barthélemy Hangouart à Jean-Philippe du Béron qui donne son nom au domaine. L’abbaye d’Anchin revendique la propriété de cette seigneurie et engage un procès… La fille de Jean-Philippe épouse en 1748 le marquis de Crény. En 1779, le château est soigneusement décrit et inventorié pour régler un héritage. Puis le bâtiment est totalement reconstruit en 1845 sur les caves anciennes. Les deux petites ailes situées sur les côtés ont été surélevées au début du XXe siècle en même temps qu’est ajouté le fronton de façade. Le parc a été recomposé à l’anglaise et les divers propriétaires ont ajouté des bâtiments fonctionnels (CMCAS Nord-Pas-de-Calais ; Comité d’entreprise EDF-GDF, entre autres).
A Wattines, dans le bourg, se voient de belles maisons de maître, élevées dans le style éclectique du XIXe siècle et du début du suivant, ainsi que quelques maisons des années 1930. Parmi les fermes, dont plusieurs sont remarquables, la plus belle est sans doute celle de Frenicourt , à Wattines, qui était un fief indépendant de la seigneurie de Wattines.

Cappelle en Pévèle vu par l’ingénieur du roi, Claude Masse, entre 1724 et 1727. (Cf. Pays de Pévèle n° 34 – Frédéric VIENNE – Quand l’ingénieur du roi, Claude Masse, visite la Pévèle) :

Située dans un terrain bas. L’église est assez jolie. Monsieur Dubron* en est seigneur. L’on y compte environ 100 feux**.Ce village est traversé par le grand chemin de Lille à Orchies qui est tout pavé dans le village. Le château de M. Dubron, entouré de larges fossés pleins d’eau, est assez joly. Place et hameau de Wattines qui est fort étendu ; il porte le nom de village mais n’a point d’église. L’on y compte 77 feux***. Il est de la paroisse de Cappelle.

*On compte 4 à 5 personnes par feu ou foyer. Ce qui représente ici environ 450 habitants.
** Masse écrit le nom comme il l’a entendu sans doute ; il s’agit de M. du Béron.
*** Cela représente environ 350 habitants











 

Site de la commune : www.cappelle-en-pevele.fr


Patrimoine et Actualité de Cappelle-en-Pévèle

 

Bibliographie Cappelle-en-Pévèle
16 janvier 2011

Liste des ouvrages parus sur Cappelle-en-Pévèle
 

Bibliographie Cappelle-en-Pévèle

Semenciers et brasseurs
16 janvier 2011

Les semenciers et les brasseurs ont marqué l'histoire de Cappelle-en-Pévèle
 

Cappelle Semenciers et brasseurs

Les brasseries de Cappelle

Ici, une page sur les brasseries cappelloises.Merci de nous communiquer tous renseignements et documents permettant d'améliorer cet article.
 

Les brasseries cappelloises