Vous êtes ici: Accueil > Pays de Pévèle > Villages Liens  | Contact  |
    

 

 

 

 

 

Société Historique du Pays de Pévèle

3, rue Neuve - F59242 Templeuve

Tel : +333.20.34.98.52

Village du pays de Pévèle : Camphin-en-Pévèle

Camphin-en-Pévèle compte environ 1600 habitants et fait partie de la Communauté de Communes Pévèle Carembault.

Le nom de Camphin, qui se retrouve également en Carembault, paraît d’origine latine et serait issu de finus, c'est-à-dire limite. C’est, en effet, un lieu situé aux confins du Tournaisis et du Ferrain. Cette terre relevait, dans l’Ancien Régime, à la fois de la Châtellenie de Lille et des Etats du Tournaisis. Mais la finale inus peut être également comprise comme étant le domaine de quelqu’un, finale qui se retrouve en de très nombreux lieux.

En 1972, la création de l’autoroute A27 reliant Lille à Bruxelles par Tournai occasionne une coupure importante entre cette partie de la Pévèle et le Ferrain.

L’important club de football régional, le LOSC Lille Métropole, s’est installé en 2003 et y a établi son centre de vie et d’entraînement dans ce qui était la ferme de Luchin, une des plus importantes de la région.

Eglise Saint-Amand : La nef semble d’époque romane. La chapelle date du XVe siècle et ouvre par 4 belles arcades sur la nef, portées par des colonnes de style tournaisien. La charpente de la nef, incorporant un clocher de bois près du chœur, date du XVe siècle et existe encore partiellement. Le chœur a été rebâti vers 1591 sur un plan rectangulaire.
L'église a subi diverses modification à la fin du XVIIIe siècle : un clocher en maçonnerie avec flèche de charpente est élevé en avant de la nef en 1773. Puis, jusqu'en 1787, l’église est transformée et agrandie et le chœur est reconstruit. Les fenêtres rectangulaires dans les bas-côtés sont rares dans une église. La nef est plafonnée comme une salle de château.
En 1975, des paroissiens décapent les colonnes et découvrent alors que, sous des plâtrages, il y a à gauche de belles colonnes du XVe siècle et à droite de curieux chapiteaux fleuris de la fin du XVIIIe siècle, uniques en leur genre, semble-t-il. L’intérieur est restauré et aménagé avec la mise en valeur d’un très beau Christ en croix, jadis au chevet. Le chemin de croix est une œuvre du XVIIIe siècle et une grande toile peinte, qui représente Jésus entouré d’enfants, semble être du peintre lillois Bernard-Joseph Wamps et pourrait provenir de l’abbatiale de Cysoing.

Presbytère : construction du XVIIe siècle, modifiée déjà au XIXe siècle. La porte d’entrée en pierre de Tournai comporte la devise de l’abbé de Cysoing, Antoine Vranx DEDUC ME DNE, abrégé de  conduis-moi, Seigneur. Une autre pierre  a été ajoutée par-dessus, avec les armoiries et la devise de l’abbé Laurent de Roque E.RUPE.SALUS qui est un jeu de mots sur son nom : Du roc, le salut. Les très belles poutres à sabots sculptés et l’escalier à balustres, du XVIIe siècle, ont disparu lors de travaux de rénovation récents. Sur la façade arrière, une autre porte comporte la devise, placée en réemploi, de l’abbé Mathias de Barda (XVIe siècle).

Ferme de la Funquerelle : comporte des fragments de murs antérieurs au XVe siècle.

Fermes de Calonne, du Blocul et de Cresplaine.

Mairie: établie dans l’ancienne demeure des distillateurs Dubrunfaut (1860). L’un d’eux, Pierre Auguste, offre l’horloge qui somme la façade.

Domaine de Luchin : était une résidence seigneuriale avec une résidence et une ferme sur mottes.
Plusieurs grandes familles ont possédé ce lieu, au XIIIe siècle, Creton d’Estourmel, puis, plus tard, la fille de Robin Le Louchier épouse Jean de la Hamaide. Au XVIe siècle c’est la famille Bernard qui possède ce domaine qui est acheté en 1713 par Romain T’Kint. Au XVIIIe siècle, il passe enfin aux Brigode qui le gardent jusqu’au XXe siècle.
Le château lui-même est rebâti plusieurs fois, notamment par Romain T’Kint en 1722. Ce bâtiment sera considérablement agrandi par Pierre Oscar de Brigode de Kemlandt vers 1846. Acheté par divers propriétaires, il est partiellement démoli vers 1956.
La ferme qui était accolée au château a été éloignée et remplacée par un immense et magnifique édifice en 1851.
Des communs, très élégants, précédaient la façade principale et dataient des XVIIIe et XIXe siècles. Le LOSC a restauré et aménagé la ferme (voir ci-dessus).
En 2010, les vestiges, très dégradés, du château et les communs ont été entièrement détruits.
Vers le village, la chapelle qui semble dater de la reconstruction du château par les Brigode a été restaurée en 2009 à l’initiative de Michel Dufermont, maire de Camphin.


 

Site de la commune : www.camphin-en-Pévèle.fr


Patrimoine et Actualité de Camphin-en-Pévèle

 

Histoire de Camphin
06 janvier 2011

Le territoire de Camphin a fait partie d'un immense domaine...
 

Histoire de Camphin

Bibliographie Camphin
06 janvier 2011

Liste d'ouvrages parus sur Camphin-en-Pévèle
 

Bibliographie Camphin