Vous êtes ici: Accueil > Pays de Pévèle > Villages Liens  | Contact  |
    

 

 

 

 

 

Société Historique du Pays de Pévèle

3, rue Neuve - F59242 Templeuve

Tel : +333.20.34.98.52

Village du pays de Pévèle : Coutiches


Coutiches s’étend sur 16,34 km2 mais était bien plus vaste avant 1830 car Faumont était avant cette date un hameau de Coutiches et cela faisait près de 26 km2. L’altitude varie entre 17 et 48 m et le village compte environ 2740 habitants. Coutiches fait partie de la Communauté de Communes Pévèle Carembault.

Plusieurs ruisseaux parcourent ce territoire dont le plus important est dit Courant de Coutiches.

Il y a plusieurs hameaux où se trouvent des fermes souvent importantes et dont certaines ont une valeur architecturale indéniable.

De nombreuses chapelles se rencontrent sur les routes et les chemins. La plus imposante se trouve sur la route principale à l’entrée du bourg vers Orchies. Il s’agit d’un édifice en brique surmonté d’une terrasse où on accède par deux escaliers. Sur la plate-forme s’élève un calvaire et l’édifice abrite la chapelle dédiée à Notre-Dame de pitié. Elle aurait été fondée en 1758 mais cette construction paraît avoir été rebâtie au XIXe siècle (voir photo ci-dessus).

Le nom s’écrivait Costices en 1134, au XIIIe siècle on trouve Coustices. Il y avait un château, dit de Cans, proche du hameau de la Haizeterie, cité en 1282 suite à un acte signé par Renaud de Cans, chevalier, de la Maison de Croisille. Il est aussi question de la Rouge Maison qui se trouve face à l’église et où se tiennent les plaids. C’est probablement l’édifice qui se voit sous deux formes différentes sur les deux gouaches des Albums de Croÿ qui représentent le village en 1603. On y remarque aussi l’importance de l’église, dédiée à Notre-Dame. Elle s’est appelée aussi Notre-Dame de la Nativité et Notre-Dame de Foy. La première mention d’autel est donnée en 1153 lors de sa donation à l’abbaye de Bourbourg. Cette paroisse faisait partie du diocèse d’Arras des origines à la Révolution, pour être maintenant dans le diocèse de Cambrai (cf. note annexe).
En 1244, Coutiches est l’une des six villes de Pévèle profitant de la donation de l’usage du marais de Flines, faite par Marguerite de Dampierre alors Dame de Pévèle. Coutiches fait alors partie de la Châtellenie d’Orchies. Le 9 juillet 1667, l’armée de Louis XIV qui fait le siège de Douai arrive à Coutiches et y séjourne 15 jours. Le 25 du même mois, Louis XIV, la reine et la cour viennent visiter ce camp et y logent.
Outre les fermes, existait jadis la motte féodale d’Hellignies dont il ne reste que des vestiges.

Eglise Notre-Dame
Ce patronyme est signe d’ancienneté de la présence d’une église en ce lieu. Ce qui se voit sur les Albums de Croÿ et d’autres documents, même si ces dessins ne concordent pas toujours dans le détail, atteste d’un grand et bel édifice avec une tour surélevée d’une flèche. Elle se trouvait au même emplacement que l’actuelle et a malheureusement disparu pendant la Révolution de 1789. Vendue comme bien national à un douaisien nommé Vardon, elle fut entièrement démolie par ce dernier pour récupérer les matériaux.
Lors du Concordat de 1801, un hangar en bois remplace l’édifice paroissial jusqu’à ce que la commune puisse faire appel à un architecte de Douai, Bernard Boulet (le prénom est incertain). Ses plans sont datés de 1818 mais ne sont pas acceptés par la Commission des Bâtiments Civils. C’était pourtant un projet très original. Mais il sera refait en 1820 et donnera l’édifice que nous connaissons. L’adjudicataire qui bâtit l’église est Honoré Lemaire, de Rieulay. Il achève la construction et celle-ci est réceptionnée le 7 août 1823. C’est un parfait exemple de l’art néoclassique à la mode de ces années du début du XIXe siècle. L’extérieur en brique et pierre est précédé d’une tour dont le couronnement en coupole sera remplacé par une flèche en 1855, modification effectuée sous la direction de l’architecte Louis Colbrant. L’intérieur est marqué par une grande rigueur architecturale et il faut surtout remarquer l’usage de colonnes doriques grecques, sans bases, portant des arcades dépourvues de toute mouluration. Par-dessus court une corniche dessinée avec triglyphes, comme au Parthénon, et faisant le tour de la nef et du chœur. La voûte est en plein cintre et le chœur est couvert d’un cul-de-four, le tout rigoureusement uni et sans ornement.

Les châteaux
Au XIXe siècle, plusieurs familles vont se bâtir d’imposantes demeures qui témoignent de leurs richesses accumulées par le commerce et l’industrie, et notamment les semences et les grains. Citons les deux châteaux du hameau de Pintignies construits sous le Second Empire par la famille Dennetières et rachetés ensuite par les Hoffman qui exploitent les sablières des environs. Un autre château de même type est aussi construit par les Dennetières. Plus surprenant est celui de l’Annay, élevé par le curé de Coutiches, Camille Galtier de Calmayrac (1805-1890), nommé ici en 1848.

Accompagnant ces grandes demeures on trouvera les établissements industriels Descatoires et Guislain, grainetiers, et Camelot-Deffontaines, grainetiers et semenciers.

 

Patrimoine et Actualité de Coutiches

 

Bibliographie de Coutiches
août 2013

Liste des publications parues sur Coutiches
 

BiblioCoutiches