Vous êtes ici: Accueil > Pays de Pévèle > Villages Liens  | Contact  |
    

 

 

 

 

 

Société Historique du Pays de Pévèle

3, rue Neuve - F59242 Templeuve

Tel : +333.20.34.98.52

Village du pays de Pévèle : Faumont


Faumont compte environ 2100 habitants et se situe à une altitude variant de 27 à 46 m, sur 9,58 km2. La commune fait partie de la Communauté d’agglomération du Douaisis
C’était autrefois un hameau de Coutiches dont une partie a été donné par le Comte de Flandre au chapitre des Chanoinesses de Bourbourg au début du XIIe siècle. Un monastère indépendant est fondé par la Comtesse Clémence, épouse de Robert de Jérusalem, mais réuni à celui de Bourbourg avant 1113 par la fondatrice elle-même. Un prieuré subsistera à Faumont sous la dépendance de Bourbourg dont les Dames se font confirmer leur juridiction en 1281.
Après le XVe siècle, une chapelle est dédiée à saint Roch (mort à Montpellier au XIVe siècle. Le culte qui lui est accordé ne débute qu’un siècle après). Un pèlerinage très suivi se fait à ce sanctuaire. Une belle gravure représente le saint dans un médaillon, avec des armoiries et les mentions suivantes : SAINT ROCH HONORE DANS LA CHAPELLE A FAUMONT et A TRES ILLUSTRE ET TRES REVERENDE DAME MADAME MARIE ANNE d’ ASSIGNY, ABBESSE DE BOURBOURG, DAME DE FAUMONT se trouve dans le Fonds anciens de la Bibliothèque Municipale de Lille.
Une paroisse est créée au début du XIXe siècle et nécessite la construction d’une église, avant la constitution d’une nouvelle commune en 1830.
La route menant de Lille à Douai par Bersée traverse le bourg qui compte plusieurs fermes importantes dont celle dite de la Croix. Il y a aussi un petit château en bordure des bois séparant la commune de Raimbeaucourt, nommés bois de l’abbaye Desprez.

L’église Saint Roch
Boulet, architecte de Douai, en donne les plans le 3 février 1820. Le chantier est accordé par adjudication à l’entreprise Bruneau. Les travaux débutent le 23 septembre 1822 et sont achevés le 28 octobre 1823 avec quelques modifications des projets d’origine.
Le petit édifice s’inspire librement de l’architecture de la Vénétie et représente un bel exemple du néoclassicisme. L’intérieur était décoré d’arcatures et de moulures, avec un plafond plat qui donnait un aspect un peu civil au vaisseau. En 1986 des décapages abusifs ont dénaturé cet intérieur. Lequel contient du mobilier venu d’on ne sait où, que l’abbé Duvillers dit provenir de l’abbaye d’Anchin. Il y a trois autels baroques du XVIIIe siècle, une tribune de style gothique disproportionnée pour ce lieu et difficile à dater et des fragments de retables baroques du XVIIe siècle.

La Caignerie
Connu par une donation de Renaud de Cans en 1239, ce lieu appartient à l’abbaye des Prés à Douai.
L’abbesse Mademoiselle de Maës fait rebâtir l’édifice vers 1777, date inscrite au- dessus de la porte d’entrée. C’est un élégant édifice ayant un plan en U, un seul rez-de-chaussée sous un grand comble à la Mansart. Les salles intérieures sont sobrement décorées, l’une servant de chapelle pour les religieuses qui viennent ici pour se reposer. Entre les deux ailes latérales, une colonnade dorique en bois a été ajoutée après 1820, donnant un air de la Louisiane à ce lieu. Le cadastre de l’époque est formel sur cette évolution contestée par les propriétaires.
Les communs paraissent plus anciens et forment un ensemble de belle allure sur un fond de forêt. Des travaux dans les abords de la construction ont fait apparaître des fondations en brique qui n’ont pas été analysées.



 

Patrimoine et Actualité de Faumont

 

Bibliographie de Faumont
août 2013

Liste des ouvrages publiés sur Faumont
 

BiblioFaumont