Vous êtes ici: Accueil > Pays de Pévèle > Villages Liens  | Contact  |
    

 

 

 

 

 

Société Historique du Pays de Pévèle

3, rue Neuve - F59242 Templeuve

Tel : +333.20.34.98.52

Village du pays de Pévèle : Ostricourt


Ostricourt compte environ 5210 habitants sur un territoire de 7, 6 km2. L’altitude moyenne du sol est à 25 m au dessus du niveau de la mer, culminant à 100 m au terril conservé de la concession houillère. Elle fait partie de la Communauté de communes Pévèle Carembault.

L’histoire ancienne d’Ostricourt est peu connue, suite probablement à la destruction des archives du Pas-de-Calais lors de la Grande guerre. Jadis en Ostrevant, (aujourd’hui écrit Ostrevent), elle était dans le domaine du Châtelain de Lille mais appartenait au diocèse d’Arras.

Le nom connaît deux interprétations, fortement discutées. Seule la finale court ne pose aucun problème : c’est un domaine cultivé, probablement à l’époque mérovingienne. Le préfixe ostri a été souvent rapproché de celui de l’Autriche (Osterreich, royaume de l’est). Ici, on se trouverait à l’est de la voie romaine Arras-Tournai dont Pierre Leman dit qu’aucun vestige n’a jamais été trouvé. Une autre interprétation de ce préfixe est donnée en le traduisant par Austori et l’ensemble devient alors le domaine d’un dénommé Austori, ce qui n’est plus la même chose et pourrait être plus vraisemblable.

Les gouaches des Albums de Croÿ représentent ce village en 1603, avec beaucoup d’arbres et quelques maisons, d’où émerge une tour en pierre coiffée d’une flèche en ardoise. On sait qu’il y a eu un château, appartenant alors à l’émigré Beauquesne et mis en séquestre en l’an XI de la République. Jusqu’à présent ce domaine est inconnu.
Située aux confins de la Pévèle, Ostricourt est citée comme faisant partie de ce quartier de la Châtellenie de Lille, notamment dans les enquêtes fiscales des XVe et XVIe siècles.
Elle est en bordure de la forêt de Phalempin et de celle dite de l’Offlarde, ce qui lui assure un environnement agreste très prisé.
La destinée de la commune va totalement se modifier lors des recherches de la houille dès 1855 et la découverte de celle-ci sous les sables qui faisaient jusqu’alors la richesse du lieu avec l’exploitation du bois.
La Compagnie des Houillères d’Ostricourt a été créée le 18 décembre 1860 et s’est étendue sur l’ensemble de la commune et de ses environs. Il y a eu 8 puits et plusieurs terrils, des installations industrielles importantes, dont les chevalets de descente dans les fosses.
La commune s’est modifiée par la construction de nombreuses maisons assemblées en corons construits par les Houillères.
Nationalisées le 17 mai 1948, les mines ont cessé leurs exploitations entre 1954 et 1968. Une restructuration de la commune a été entreprise et s’appuie sur le patrimoine de ces houillères conservé et sur la proximité des forêts. L’histoire de ces houillères se trouve sur le site Wikipedia : Compagnie des mines d’Ostricourt.
Le terril n° 108 a été classé en zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique, floristique. Les anciennes sablières exploitées surtout pour fabriquer des tuiles forment aujourd’hui le plan d’eau ditdu Ratintout.
Dans la forêt d’Offlarde se voit encore un chêne très ancien qui a servi d’observatoire aux troupes allemandes puis alliées et les échelons de fer enchâssés dans le tronc sont encore partiellement visibles.

Ostricourt se trouve sur le tracé de l’ancienne voie de chemin de fer Lille-Paris détrônée par le TGV et ne servant qu’au réseau TER entre Lille et Douai ou Arras. La gare, reconstruite après la guerre de 1914-1918 est typique de l’architecture ferroviaire de cette période.

Eglise Saint-Vaast : elle est mentionnée pour la première fois en 1117/1119 et le premier desservant connu est un Guillaume, cité en 1182. La paroisse fait partie du doyenné d’Henin Liétard (devenu Hénin Beaumont). C’est une paroisse importante et l’église est souvent agrandie et modifiée entre le XVe siècle et le milieu du XVIIIe siècle.
D’un plan très irrégulier qui témoigne des transformations successives, il ne reste que la tour bâtie en 1755 en avant des pignons de façade. Elle sera complètement reconstruite en 1866 dans le style néo-gothique par l’architecte tourquennois, Charles Maillard, qui conserve la tour. C’est un bel exemple des productions à la mode lors de ce temps là. On remarque une particularité non expliquée : les colonnes de la nef ne sont pas placées en exact vis-à-vis, ce qui donne des travées trapézoïdales qui ne se distinguent que latéralement !
L’église sera solennellement consacrée le 22 juin 1869 par un enfant d’Ostricourt devenu un personnage important de l’Eglise de France de la fin du XIXe siècle, le cardinal archevêque de Toulouse, Florian Desprez. Son portrait en pied est dans l’église et ses armoiries figurent aux vitraux. Il a beaucoup contribué financièrement à la reconstruction.

Eglise Saint-Jacques : Dans la cité minière entourant la Fosse 6 des Mines d'Ostricourt, dite du Bois Saint-Eloi et du Bois Dion, une chapelle est installée dans un bâtiment en brique servant de salle de réunions dès 1923. Elle accueille la communauté chrétienne polonaise, nombreuse en ce lieu. Dédiée à saint Vladimir à l'origine, elle passe sous le patronage de saint Jacques en 1932.
Une nouvelle église est décidée par les Houillères en 1935. Entamée en mars 1936, elle abandonne les poncifs néo-moyenâgeux chers au XIXe siècle pour adopter le style moderne qui est issu des recherches artistiques postérieures à 1925. Bâtie en béton et brique, elle se compose d'une grande salle rectangulaire précédée d'un petit porche et suivie d'un choeur en hémicycle plus étroit. Les voûtes posent directement sur le sol et sont pénétrées de larges baies. Il y en a deux autres dans le choeur. Ce style sans aucune fioriture se retrouve en d'autres lieux, notamment à l'église du Catelet à Flines-lez-Râches. Elle sera bénite par l'évêque de Lille, le Cardinal Achille Liénart, en juin 1937.
En 1951, le père Paul Pruvost va orner le tour du choeur d'une vaste peinture murale qui témoigne de son style largement répandu dans le diocèse. On y voit de nombreux personnages dont la plupart sont des habitants et des notables du lieu à l'époque.
Passant de la propriété des Houillères à celle de l'évêché de Lille, elle a été vendue à la commune pour l'euro symbolique en 2012. Désacralisée et vidée de son mobilier, elle doit faire l’objet de grosses réparations. Un projet culturel est à l'étude pour l'avenir de cet édifice bien typique d'une époque. On peut suivre l'évolution de ce lieu et de son environnement sur le site Internet unavost.

Mosquée : construite en 1959 par les ouvriers musulmans des Houillères, elle est devenue trop petite, vétuste et hors normes et a été remplacée par un bâtiment neuf dont la première pierre a été posée le 15 novembre 2010.
Située dans la cité entre les bois, elle est dominée par un minaret et a été ouverte en 2011. Elle est dédiée à Khalid ibn Walid, compagnon de Mahomet, commandant en chef des armées islamiques, mort en 642.


 

Patrimoine et Actualité de Ostricourt

 

Bibliographie Ostricourt
janvier 2012

Liste des ouvrages parus sur Ostricourt
 

BiblioOstricourt